12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Le champagne de Martin Juneau

Le champagne de Martin Juneau

Le champagne de Martin JuneauBloome Magazine

Le restaurateur et amateur de bons (et de très bons !) vins a été invité par la maison Duval-Leroy à assembler en France une cuvée «Martin Juneau», Il nous raconte son expérience et nous donne quelques conseils pour faire sauter les bouchons avec style!

Cet article est une collaboration avec bloomemagazine.com

Ce que ça fait, de voir son nom sur une bouteille de champagne

C’est comme une petite coupe Stanley; c’est… glorieux. Le champagne est toujours associé au plaisir et au luxe. Tu n’ouvres pas une bouteille parce que tu as une peine d’amour, tu l’ouvres pour célébrer! Tu sais, j’en ai fait des affaires, j’ai accompli pas mal de choses en tant qu’entrepreneur, mais, quand j’ai parlé de la cuvée à ma mère, elle a dit: «Oh my God, c’est incroyable!» C’est vrai que ça a quelque chose de spécial, que ça frappe l’imagination.

Comment on fait «son» champagne

La maison Duval-Leroy, qui fait du champagne depuis plus de 150 ans, a l’habitude de travailler avec des chefs, des restaurateurs. Ce n’est pas moi l’agriculteur, ce n’est pas moi le vinificateur, par contre, c’est moi qui ai fait l’assemblage de la cuvée avec Sandrine Logette-Jardin, la chef de cave. Elle m’a demandé ce que j’appréciais du champagne, et je lui ai dit que j’aime quand ça fait saliver, que j’aime l’acidité, que c’est cette trame narrative que je recherche. C’est la preuve qu’elle m’a bien écouté, parce que tu as envie d’y revenir, à ce champagne! Une gorgée, c’est pas assez, un verre c’est pas assez, tant mieux.

Bloome Magazine

Source: Bloome Magazine

Pourquoi un champagne extra brut?

À la base, je voulais un champagne non dosé, le plus sec possible. Le dosage, c’est la liqueur de champagne qu’on ajoute après avoir dégorgé le vin, et qui détermine s’il sera brut, sec, demi-sec… Dans le cas du non dosé, c’est du champagne qu’on ajoute plutôt que de la liqueur. Mais au fond, après avoir travaillé l’assemblage, je pense que le vrai plaisir ne se situe pas dans l’ultra-sec, alors on a travaillé quelque chose d’un peu dosé.

Le juste prix, le bon coup marketing

C’est difficile d’avoir du champagne à petit prix. Et on veut toujours offrir le plus bas prix au consommateur, mais ce n’est pas facile avec ce vin-là quand on considère le prix des parcelles de vigne! Dans le Languedoc, tu peux avoir quelque chose pour 15000 euros l’hectare. En champagne? C’est 1,8 million d’euros.

Je ne fais pas un sou avec ce projet. Mon salaire, c’est le fait de tenir une bouteille dans mes mains, le fait d’avoir rencontré la famille Duval-Leroy – Carol et ses trois fils, des gens incroyables –, le fait d’avoir été reçu dans leur domaine avec mon amoureuse. Une production de moins de 3000 bouteilles, de toute façon, ce n’est pas un gros move de business, mais c’est un bon coup marketing pour tout le monde! 

Bloome Magazine

Source: Bloome Magazine

L’accord parfait

Le côté iodé des huîtres, la salinité du champagne… Je pense que la personne qui a inventé le champagne est la même que celle qui a inventé les huîtres! C’est l’accord que je préfère. Sinon, on sert avec quelque chose de frais. À la limite, on pense à harmoniser la couleur du plat à la couleur du champagne. J’irais par exemple avec un ceviche pas trop acide, du thon blanc par exemple, pour que ça soit bien soyeux et pas trop intense: tu ne veux pas passer par-dessus le champagne.

Le bon verre

Le mieux, c’est le verre régulier à vin blanc, par exemple le Riedel ouverture ou le Spiegelau, que j’aime beaucoup et qui offre une belle amplitude.

Créer l’occasion

J’aime les bulles, j’aime les crémants naturels, mais quand on sert du champagne, c’est synonyme de bonheur. L’idée, c’est d’en boire plus souvent et de ne pas avoir peur d’ouvrir la maudite bouteille: il faut désacraliser le champagne! On en veut juste un verre ce soir? On s’en poppe une, on met un de ces bouchons qui préservent les bulles, on n’a pas besoin de passer à travers, on finit la bouteille demain!

Champagne Duval-Leroy, cuvée Martin Juneau (69,50$ à la SAQ). Les quantités sont très limitées!

En direct de 00:00 à 05:30
1149
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.