12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Les préférences alimentaires auraient une origine génétique

Les préférences alimentaires auraient une origine génétique

Les préférences alimentaires auraient une origine génétiqueMamanpourlavie.com

Cet article est une collaboration avec Mamanpourlavie.com.

Une étude publiée en août 2007 dans le journal américain de nutrition clinique explique que la « néophobie », c'est-à-dire la peur de goûter de nouveaux aliments, a la plupart du temps une origine génétique.

Un enfant qui n'aime pas les légumes n'a qu'à s'en prendre à... ses gènes. Une étude publiée en août 2007 dans le journal américain de nutrition clinique explique que la « néophobie », c'est-à-dire la peur de goûter de nouveaux aliments, a la plupart du temps une origine génétique. « En fait, les enfants pourraient accuser leurs mères », a déclaré le Dr Jane Wardle, directrice de l'unité de comportement sanitaire, College de Londres, co-auteure de l'étude.

Wardle et ses collègues ont demandé aux parents de 5 390 paires de vrais et de faux jumeaux de remplir un questionnaire à propos de leur bonne volonté à goûter de nouveaux aliments. Les vrais jumeaux, qui ont le même patrimoine génétique, répondaient plus volontiers de la même manière aux nouveaux aliments que les faux jumeaux, qui, comme dans une fratrie, n'ont qu'une partie des gènes en commun. Les chercheurs en ont conclu que la génétique jouait un rôle plus important dans le choix des aliments que l'environnement, les jumeaux partageant la même maison. « Les préférences alimentaires sont tout aussi héréditaires que peuvent l'être les caractéristiques physiques, notamment la taille », a estimé Jane Wardle.

La néophobie
Au contraire de la presque totalité des phobies, la néophobie est une étape normale du développement humain. À l'origine, expliquent les scientifiques, il s'agissait d'un mécanisme de l'évolution destiné à protéger les enfants de la consommation accidentelle d'aliments dangereux, comme les baies ou les champignons vénéneux. La néophobie apparaît en général à l'âge de deux ou trois ans, lorsque les enfants deviennent mobiles et sont susceptibles d'échapper à la vigilance de leurs parents. Le fait de ne pas avoir d'appétence pour les nouveaux aliments sur lesquels ils tombent peut alors leur sauver la vie.

Comportements et influences
Tandis que la plupart des enfants cessent d'être difficiles en matière d'alimentation avant l'âge de cinq ans, certains le demeurent bien au-delà de cette limite. « Le patrimoine génétique de votre enfant va largement influencer ses dispositions à manger de nouveaux aliments », a observé le Dr Marlene Schwartz, directrice adjointe du Centre Rudd sur la politique alimentaire et l'obésité de l'université de Yale. « C'est comme apprendre à faire de la bicyclette », selon Schwartz. « Certains enfants ont plus de mal à apprendre et ont besoin de plus de temps, mais ça vaut toujours la peine de le leur enseigner. »

D'autres aptitudes en matière de goût - comme la capacité à sentir l'amertume des aliments- sont également héritées des parents. Les scientifiques ont déjà identifié le gêne responsable de la sensation d'amertume et ils ont découvert qu'environ 30 % des Caucasiens en sont privés et ne peuvent donc pas la sentir. Certains experts pensent que la néophobie est surtout le reflet de la personnalité. Les personnes qui sont à la recherche d'expériences nouvelles et intenses ont tendance à être intrépides en matière de nourriture. À l'inverse, les personnes timides seraient plus réticentes à surprendre leur palais.

Cependant, les experts affirment également que l'environnement créé par les parents est essentiel dans la détermination des habitudes alimentaires de leurs enfants. « Tout ne peut pas être génétique », a observé le Dr Marcy Goldsmith spécialiste en nutrition et comportement alimentaire à l'université de Tufts. « Pour que les enfants aient l'occasion d'essayer de nouveaux aliments, il faut d'abord que les parents leur en proposent. »

En direct de 05:30 à 08:30
912
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.