nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Mon enfant doit-il suivre un régime?

Mon enfant doit-il suivre un régime?
Crédit photo: Flickr

Cet article est une collaboration avec Maman pour la vie et a été rédigé par Marie-Ève Bourassa

S’il est bien un sujet délicat, c’est celui-ci : l’estime des enfants est fragile, mais le regard des autres peut aussi être dur. Que faire lorsque notre enfant souffre d’embonpoint?

D’emblée, personne ne veut que son enfant soit aux prises avec un problème de poids. Malheureusement, souhait et réalité ne font pas toujours bon ménage et au cours des vingt-cinq dernières années, le nombre d’enfants obèses a triplé au Canada. On estime donc que 26 % des enfants de 2 à 17 ans sont obèses ou ont un surplus de poids. Que faire si c’est le cas de notre enfant? Est-il préférable de lui en parler ouvertement ou, au contraire, d’agir comme s’il avait un poids normal? Et, surtout : faut-il le mettre au régime?

Le dogme de l’ignorance

Ce qu’on ne sait pas ne fait pas mal, veut le dicton, mais est-ce bien vrai? Réalisée entre 2015 et 2012, une étude américaine en est venue aux conclusions suivantes : 76 % des enfants de 8 à 15 ans avec embonpoint, et 42 % des jeunes obèses ne considèrent pas avoir un surplus de poids, une tendance qui est grandement marquée chez les enfants dont les parents souffrent eux-mêmes d’obésité. En outre, ces parents ont énormément de difficulté, ou mettent beaucoup de temps avant de réaliser que leur enfant souffre d’un surplus de poids. Pourquoi? Selon les auteurs de cette étude, le problème viendrait du fait que, de plus en plus, l’obésité est considérée comme quelque chose de « normal ». Cependant, l’obésité comporte de réels risques pour la santé, et l’auteur principal de l’étude déplore le fait qu’un enfant en bas âge ne peut pas changer lui-même un comportement nuisible, particulièrement s’il n’est pas conscient dudit problème.

Source: Maman pour la vie
La honte

Ainsi, un enfant de 4 ou 5 ans n’est pas en mesure d’apporter lui-même les changements nécessaires à ses habitudes de vie. Même s’il est conscient qu’il a un problème, il ne pourra pas réussir à changer, puisqu’à cet âge il n’a pas de contrôle sur son alimentation ou sur ses habitudes de vie. Cette conscience risque donc de miner son estime de soi, puisqu’il aura honte : un sentiment qui risque fort de le poursuivre, et ce, tout le long de sa croissance. 

Si l’enfant qui a un problème de surpoids a plus de risques de souffrir d’obésité une fois adulte, ce qui entraîne une nouvelle gamme de maux (diabète, apnée du sommeil ou autres troubles respiratoires, plusieurs maladies cardiovasculaires ou certains cancers), il risque aussi d’être étiqueté négativement par son entourage. Dès lors, il n’est pas rare de voir les jeunes souffrant d’embonpoint être rejetés par leurs pairs. Ils subissent alors un isolement social qui peut être très lourd de conséquences.

Source: Maman pour la vie
Changer ses habitudes de vie

Personne ne veut que son enfant se sente différent, moins beau, moins bon : mais dire à son enfant qu’il est « gros » risque surtout de miner son estime de soi et, dès lors, ceci n’aura pas les effets escomptés. Parce que, bien sûr, si on ne veut pas l’isoler, on souhaite tout de même qu’il soit en bonne santé, tant physique que mentale. En outre, les spécialistes s’entendent tous pour dire que la meilleure chose à faire, dans un premier temps, est de revoir les habitudes de vie de toute la famille. Après tout, il est de notre devoir de donner un bon exemple aux plus petits!

Et les régimes?

Bref, il est normal de vouloir changer la donne et de tout mettre en œuvre pour que la situation rentre dans l’ordre. Cependant, il ne faut pas oublier que le poids idéal n’est pas le même pour tout le monde, et qu’une prise de poids juste avant une poussée de croissance (à l’adolescence, par exemple) n’est pas anormale.

Et si la situation persiste? Les experts sont d’avis que les régimes amaigrissants ne constituent pas une solution adaptée aux enfants. Tom Warshawski, pédiatre et président de la Fondation pour les enfants obèses, explique : « Les régimes sont rarement efficaces pour les adultes et ils sont totalement inappropriés pour les enfants. Au cours de leur croissance, ces derniers ont besoin de consommer une variété de fruits et légumes et des aliments riches en vitamines et en minéraux et contenant une quantité suffisante de protéines, de fer, de glucides et certaines matières grasses. » De plus, interdire certains aliments a souvent pour effet d’augmenter l’envie d’en manger. De surcroît, certaines études ont prouvé que les enfants mis au régime ont tendance à prendre du poids!

Source: RAF Mildenhall
De l’exercice

C’est que l’embonpoint, ce n’est pas seulement une question de nourriture et de calories. En effet, l’obésité est le résultat de nombreux facteurs, dont la génétique, l’environnement et le statut socio-économique.

Souvenons-nous que l’acte de manger en est un de plaisir et de groupe : la première chose qu’un parent peut faire, c’est donc de proposer à la famille entière des aliments bons pour la santé et savoureux, toujours en privilégiant les fruits et les légumes. De plus, il est important d’être actif, et cette bonne habitude en est une qui se prend jeune. Consultez un spécialiste de la santé si vous sentez que vous avez besoin d’aide pour bien guider votre enfant vers de meilleures habitudes de vie.

Quelques bonnes habitudes à prendre
  • L’heure du repas devrait être un moment agréable. Il faut donc être et éviter de stresser l’enfant.
  • Il n’a plus faim? Pas besoin de terminer à tout prix son assiette! Il doit apprendre à écouter les signaux de satiété que lui envoie son corps!
  • On augmente les portions de fruits et de légumes, on diminue les fritures, les boissons sucrées et les croustilles :, et ce, pour toute la famille.
  • On fait au moins une demi-heure d’exercice physique par jour avec lui, pour l’encourager.
  • Il faut limiter progressivement le temps passé devant l’ordinateur et la télévision.
  • Apprendre à cuisiner, c’est excellent pour les enfants! Ainsi, ils auront plus de plaisir à manger et apprécieront davantage ce qui est sain.
  • Est-ce que votre enfant dort suffisamment? Il existe une forte relation entre le manque de sommeil et le surplus de poids chez les enfants, les adolescents et les adultes. En effet, on mange davantage lorsqu’on est fatigué, c’est prouvé.
  • Et, bien entendu, n’oubliez pas d’écouter votre enfant

Archy

En direct de 12:00 à 16:00

1893
100

Archy

avec Archy

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.